En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

Vous êtes ici :   Accueil » Le refuge Bezzi
 

Randos Rhône Alpes

Randos raquettes

Départements voisins

Découvertes régionales

Escapades

Patrimoine

Gastronomie

 

Le refuge Bezzi

bezzi.jpgQuel refuge !

Direction  le refuge Bezzi situé à 2281 m d'altitude. Nous sommes au cœur de la province du Valgrisenche. C’est une commune italienne de ce val d’Aoste et se situe dans la vallée du même nom.

PRESENTATION ET POINT DE VUE

Pour le rejoindre, nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières si ce n’est à un moment donné un balisage un peu douteux mais fort heureusement un panneau indiquait la direction de ce refuge ; il est bien précieux pour ceux qui ne savent pas trop se repérer. Nous sommes en avance sur le timing, ce qui nous permet juste avant notre arrivée de contempler au plus près le magnifique glacier de la Grande Sassière.

Mais je vous rassure, vous pourrez l’admirer depuis la terrasse du Bezzi qui offre véritablement un cadre enchanteur dans cette vallée italienne. Le lieu est donc sympathique loin de toute activité urbaine. C’est bien vert. Le seul bruit perceptible provient des cascades qui s’écoulent du glacier en recul et des quelques marmottes proches du refuge.
 

On fait le tour du propriétaire. On se présente à l’aubergiste pour nous faire connaitre. Avant de découvrir nos chambres, on prend un petit rafraichissement.

Déjà, le premier constat que nous faisons outre l’accueil qui est chaleureux, surtout venant de la part de la patronne ( le patron étant plus réservé), ce sont les prix de ces consommations. Ils sont tout à fait compétitifs. A titre d’exemple, un sirop ne reviendra qu’à tout juste à 1,50 euros. C’est plutôt 2 à 2,50 euros chez nous. Nous sommes tout de même en montagne et les tarifs sont habituellement bien plus élevés.

Après cela, on découvre nos chambrées. Nous aurons droit étant 8 en tout, à 2 chambres qui offrent chacune 6 lits. C’est déjà un point qui nous surprend car d’habitude dans les refuges nous avons plutôt des pièces à 12 lits voire bien plus. Comme ça, nous serons tranquille et donc qu’entre nous. Le refuge offre 2 étages. Les lieux font plutôt penser à une chaine hôtelière qu’à la rusticité des classiques refuges comme le précédent que je vous avais présenté. Il faut dire que ceux d’Italie ont plutôt bonne réputation et comme pour les hôtels traditionnels, la clientèle évolue mais les prix aussi également la plupart du temps. Il fallait jeter un œil aux pensionnaires du soir avec plusieurs familles présentes pour s’en rendre compte.
 

Le refuge est propre. Cela saute de suite au yeux, que ce soit au niveau de la salle de restauration avec une présence omniprésente de bois que les travées ou les chambres où des rideaux remplacent les volets. Il y a un local à l’entrée pour quitter ses bâtons et ses chaussures de randonneur, ce qui n’est pas toujours le cas même si c’est assez fréquent pour en avoir testé un certain nombre.
 

La salle de restaurant est correcte, assez bien lumineuse. Elle côtoie une salle de repos tout en longueur où l’on pourra bouquiner tranquille ou bien jouer aux cartes avant le repas du soir prévu à 19h30.
 

bezzi2.jpg

bezzi3.jpg

Revenons à nos chambres. Elles sont assez correctes pour un refuge montagnard même si l'on regrettera tout particulièrement le manque de luminosité. La grandeur n’est pas exceptionnelle mais pour une nuit on s’en contentera bien évidemment malgré nos imposants sacs à dos. On découvre de jolies couettes bien épaisses, en tout cas nous n’avons pas eu froid même à près de 2500 m d’altitude alors qu'au matin la gelée blanche était présente.
 

Ces chambres sont plutôt assez bien insonorisées. Elles respirent la chaleur avec là encore comme dans la partie restaurant une omniprésence du bois. On sent que cela a été refait il y a peu. Il y a de quoi accrocher nos serviettes pour les faire sécher.
 

Cela me vient ainsi à dire quelques mots sur les sanitaires et les douches. Pour les premiers, ils sont à la turc essentiellement ; pas ce qu’il y a de plus pratique mais bon. Il y a un coin lavabo dans cette correcte salle de bains point de vue dimensions, à notre étage. Les douches sont à la fois au premier et au second étage. Comme il y avait pas mal de monde au notre, nous sommes descendus à l’étage. Là encore, la propreté des lieux est au rendez-vous. Trois douches sont installées.''' On a sans aucun souci de l’eau chaude, ce n’était pas le cas au refuge précédent. Juste un détail tout de même à leur encontre. Il n’y avait pas de verrous sur les douches de cet étage mais bon nous n’étions qu’entre hommes à ce moment-là !.
 

Avant ce repas, une du groupe avait demandé s’il n’y aurait pas à nouveau de la polenta car on en avait mangé à répétition précédemment. Elle sera rassurée sur ce point car la polenta avait été servie au repas de midi!. Vient donc l’heure de celui-ci à 19h30.
 

Comme c’est habituel dans les refuges surtout quand il y a du monde, chaque groupe a un emplacement attitré. Nous sommes assez bien placés avec juste derrière une grande table derrière. Le refuge a fait pas mal le plein de randonneurs car la salle ce jour-là était quasi complète. Le repas sera des plus copieux avec comme à notre arrivée un accueil chaleureux. La patronne est adorable et elle donne l’impression d’avoir toujours travaillé dans l’hôtellerie. Elle présente très bien et parle un français à la perfection même si cela est fréquent dans cette vallée d’Aoste, si proche de la frontière française.


bezzi4.jpg

bezzi5.jpg

LE REPAS

Le repas commence par une soupe minestrone où la présence de différentes petites légumes est importante. Cela tombe bien car je n’en ai jamais mangé encore. Cela commence bien pour cette entrée et cela change des soupes jus de chaussettes !.
 

Italie oblige, c’est tout à fait normal de manger ensuite un plat de pâtes ; nous sommes quand même des sportifs après notre longue journée de marche. Ce sera donc des spaghettis avec la sauce qui va avec et un très bon parmesan. On se régale !.
 

Tout est très bien préparé et l'on nous propose du rabe. Ce sera pour tous avec le même plaisir mais cette fois-ci on ne nous rapportera pas un bol supplémentaire de fromage.
 

Nous pensions que ces pâtes représentaient le plat principal.Eh bien non !. On enchaine ensuite avec du poulet servi dans un plat global ; je ne pense que ce n’était pas du poulet de Bresse ! mais il était cuit à la perfection, pas sec et bien tendre. Tout cela fut accompagné de poivrons jaune et orange, finement cuits dans un jus léger. Le mariage de ce plat était des plus réussis.

Un petit bout de fromage pour enchainer. Comme la Savoie est toute proche, nous avons eu droit à un bout de tome. Nous conclurons avec le dessert, à savoir une panna cotta version glace. Humm un régal !. On se croirait vraiment dans un restaurant traditionnel.

Après tout cela, nous n’avions plus faim. Certains ont conclu sur une tisane, un digestif ou bien encore un café ; ce dernier étant à un prix compétitif.
 

Le seul bémol de ce repas sera à mettre sur le compte du vin rouge que nous avions choisis. Il n’était pas terrible au point qu’il piquait comme de la limonade. Eu égard à cela, la prestation est bonne. Ce qui fera dire à certains la tentation de prendre le lendemain matin un pique-nique vendu à 8 euros.
 

Malheureusement celui-ci n’était pas aussi copieux qu’espéré avec un simple sandwich, une pomme, un morceau de cake.
Ils vendaient aussi au détail des pommes mais là à un 1,50 euros pièce cela faisait cher tout de même. Je ne leur en tiendrais pas trop rigueur sur ce point du pique-nique. Car si l'on compare cette prestation à d'autres refuges testés, il ne faut surtout pas se plaindre.


 

bezzi6.jpg

LE PETIT DEJ

Après une bonne nuit de sommeil sur une literie tout à fait satisfaisante, il vient l’heure du petit déjeuner. Nous resterons sans être surpris dans la tendance du repas de la veille. C’est copieux et on retrouve une certaine ambiance hôtelière. J’ai l’impression d’être vraiment en vacances. Nous sommes libres de nous servir nous même. C’est donc du à volonté.
 

Tout est disposé sur des tables. On pourra ainsi choisir librement entre café, chocolat, thé. Et c’est vite réapprovisionné par la patronne si cela venait à manquer pour les clients. Il y aussi du jus de fruit, du bon pain tendre avec de larges tranches, des céréales diverses que l’on peut disposer dans un bol, du beurre bien sûr et puis différents choix de confitures en petites portions, sans compter du miel, comme on sert dans les hôtels. On repart bien calé pour une nouvelle journée de marche.
 

CONCLUSION


En conclusion, je ne peux que conseiller ce refuge italien. Les prestations sont plus que largement à la hauteur malgré les tous petits griefs cités plus haut où je rajouterais juste le manque de tables extérieures, avec ce cadre magnifique. Car pour 47 euros, la demi-pension avec le petit déjeuner, c’est le même prix que nous avions payé dans le refuge du Benevolo sans trouver le même standing pour ceux qui se souviennent de mon avis. C'est donc '''loin d'être excessif''' et tout à fait compétitif. Le prix serait monté à 50 euros qu’ il se justifierait amplement et serait tout à fait honnête.

bezzi7.jpg


 




Albums photos

Nos vidéos Youtube

Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France

Tests refuges - Gîtes

 ↑  

Météo - Environnement

Tests hôtels - restos

Loisirs

Les chroniques nature