Vous êtes ici :   Accueil » Crêtes d'Hauteville - 29/05/11
 
Randos Rhône Alpes
 ↑  
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine

Rando  Crêtes d' Hauteville - Haut Bugey (Ain  - 29/05/2011)


(cliquez sur les photos accessibles sous le texte,  pour les agrandir ! )
 

6h 30 de marche environ  -  26,2 km - dénivelé : 990 m. - difficulté : bons marcheurs -  Météo : ensoleillée, vent très faible, 24°.

 

 Encore un dimanche magnifique avec un soleil qui régna en maitre sous une température quasi chaude en plaine soleil. Alors autant en profiter pour faire une nouvelle rando assez longue mais très belle. On resta cette fois-ci dans notre département de l' Ain. Direction le haut Bugey que j' aime tant pour une sortie sur les crêtes du plateau d' Hauteville.  Le départ se fit juste à la sortie d' Hauteville- Lompnès en direction de Brénod. Le but de la balade était de faire toute une boucle autour d' Hauteville en longeant les crêtes du même nom. Au total, la rando fit pas moins de 26,2 km pour un dénivelé total de 890 m, donc plutôt pour les bons marcheurs. La plus grosse difficulté sera la montée au belvédère de Planachat. J' y reviens plus loin.


La randonnée commence  en direction de la cascade de la Charabotte en passant près de Lacoux où le sommet de la chapelle est visible; c' est à la Charabotte que l' on retrouve les chutes de l' Albarine qui prend sa source. Hélas le débit est loin d' être important en cette période de sécheresse; c' est autre chose en pleine période de fortes pluies. Cette cascade chute en 4 marches totalement plus de 130 m de hauteur. En période d' étiage (basse eau) comme en ce moement, le peu de débit de l' Albarine transforme ce cours d' eau en un égout malodorant. C' était le cas ce dimanche; cela donnait pas l' envie d' y faire trempette. En contre-bas de la cascade, 350 m plus bas se trouve le moulin de la Charabotte ( ce nom viendrait de Chara signifiant cascade et Abioth signifiant blanc). Prudence aux bords de la cascade lorsqu' ils sont surtout glissants. Dimanche, il n' y avait pas de risques majeurs, permettant d' admirer les montagnes des alentours.
Avant d' arriver à la cascade on emprunte une succession de 7 tunnels dont celui à proximité de la cascade qui est le plus long avec ses 557 m de longueur; des tunnels surplombés par de superbes parois rocheuses comme le montrent certains de mes clichés ci-dessous . Ces tunnels comprennent de nombreux et très beaux fossiles. Pas de grandes difficultés pour les traverser même si l' on n' est pas à l' abri de chutes de pierre au pied des falaises. Et suite à une décision de la Direction Départementale du Ministère de la Jeunesse et Sports de l' Ain, l' accès à ces tunnels relèverait de la spéléologie et non de la randonnée. Penser à prévoir une lampe frontale ou de poche pour les passages dans ces tunnels.


Le train fantôme

Le secteur comprend pas moins de 18 tunnels de ce que l' on a appelé la ligne du train fantôme, entre Tenay et Hauteville. Tout remonte aux années 1880 pour ce projet mais la construction ne sera décidée qu' en 1900 par le Conseil Général de l' Ain. Les travaux ne commenceront qu' en 1909. Le but était de relier en train Tenay à Hauteville. Ce projet dès son départ ne faisait pas l' unanimité des Bugistes qui auraient souhaité une ligne partant d' Ambérieu et desservant Brénod et Hauteville. Les travaux  ont été effectués en dents de scie, tantôt stoppés, tantôt repris. En 1914, il reste encore près de 8 km à poser depuis Hauteville. Les tunnels sont déjà quasiment tous percés. Mais la guerre 14-18 éclate et en 1916 les rails sont réquisitionnés par l' armée. En 1919, on relance le projet et l' on perce ainsi le dernier tunnel. Ensuite, le percement subira de nombreux problèmes d' infiltration ou d' éboulements comme on peut encore le constater de nos jours. Les trajectoires des galeries seront modifiées à 2 reprises et 3 galeries seront creusées.
En 1933, la voie est enfin achevée et inaugurée par le passage sur une partie du tronçon d ' une locomotive et de 2 wagons occupés par les autorités locales. Par la suite, on décidera d' électrifier la voie et de poser des rails plus lourds. On démonta ainsi les anciens rails mais l' électrification ne verra jamais le jour par suite d' un manque de financement.
En 1936, le Conseil Général tranche et décide l' abandon de la ligne et son déclassement ne sera effectif qu' en 1951. On comprend mieux ce surnom de train fantôme puisque cette voie Tenay-Hauteville n' aura jamais vu passer un train de voyageurs et elle n' aura donc jamais servi !. Ces tunnels ont donc une histoire et ainsi quand vous les emprunterez vous penserez que vous êtes sur une ancienne ligne ferroviaire même si le visuel fait penser à toute autre chose.


Une fois passé la cascade de la Charabotte, direction le village de Nantuy là on commence officiellement la source de l' Albarine. On traverse la départementale pour continuer la boucle. Une petite pause s' impose au lac de Lésines où en ce dimanche agréable la foule était nombreuse pour venir pique-niquer ou bien pêcher. La faim commence à se faire sentir mais elle devra attendre alors qu' il est déjà presque 12h45 puisque la pause casse-croûte est prévue au Planachat, à 1234 m d' altitude; c' est le point culminant du plateau d' Hauteville. Et vu la belle montée ( environ 300 m de dénivelé avec une pente de près de 25 %) depuis Cormaranche en Bugey ( prendre à gauche de l' église puis de suite le sentier montant), il vaut mieux manger au sommet. Depuis Cormaranche, comptez 45 min de grimpette. Mais là haut, c' est un beau spectacle qui nous attend surtout si le beau temps est de la partie comme ce dimanche. Outre le majestueux Mont Blanc et la chaine des Alpes qui étaient bien dégagés, le Planachat sur son sommet permet une vue exceptionnelle sur Hauteville, la Ferme guichard, le Valromey, les Plans d' Hotonnes et même la pointe du Crêt de Chalam près de la Pesse dans le Jura. Au sommet, vous découvrirez une imposante tour hertzienne de 50 m de hauteur construite en 1977 pour l' acheminement des communications radio-téléphoniques internationales. Du sommet, on dispose d' une aire de pique-nique, d' un parking, d' un circuit VTT et puis du balisage qui se poursuit pour les randonneurs.
Comptez au sommet déjà 16 km dans les jambes en tout juste 4 h de temps. Il restera encore 10 km à faire pour rejoindre le point de départ en passant par le site nordique de la Praille; en 2h30 ce sera fait. Après la pause repas, on repart donc en longeant les crêtes sous les bois, ce qui en ce jour assez chaud faisait du bien d' être à l' ombre. On retombe en contre-bas sur la route  du col de la Rochette à 1112 m d' altitude. Ce sera du dénivelé négatif jusqu' à Hauteville. A col de la Rochette, on prend la direction de la Praille, qui offrait une magnifique végétation toute de vert vêtue. Il restera depuis le site nordique environ 5 km où vous pourrez remplir vos gourdes grace à un point d' eau potable. Au bout de 26,2 km, la boucle est bouclée en 6h30 environ, pause repas décomptée pour une journée bien agréable.


 

 

   

 



  

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 






 

 

 


 




 

 

 






 

 

 





 

Site d' Hauteville La Praille et le chateau d' Angeville 

 




Bonus : la Charabotte coule un léger filet !